Le bioacousticien Nicolas Mathevon, lauréat du prix François Sommer Homme Nature 2022

Mardi 25 octobre, la Fondation François Sommer a décerné le prix scientifique Homme Nature à Nicolas Mathevon, bioacousticien et spécialiste du langage des animaux, à l’occasion de Biomim’expo à la Cité des Sciences et de l’Industrie, à Paris.

Prix Homme Nature 2022 avec Nicolas Mathevono, Michèle Pappalardo et Alban de Loisy.

Le lauréat, entouré de Michèle Papparlado et Alban de Loisy, respectivement administratrice et directeur général de la Fondation François Sommer.

De la France au Mozambique en passant par le Canada, le Brésil ou encore la Norvège, vous le verrez peut-être dans les espaces naturels, armé seulement de ses magnétophones et haut-parleurs. La spécialité de ce professeur des universités de Saint-Etienne, membre de l’Institut universitaire de France ? La bioacoustique ! Il est reconnu mondialement pour ses recherches sur le langage et les comportements animaliers.

« Comprendre les langages des animaux – n’ayons pas peur des mots – chez des espèces menant à une vie sociale complexe, trouver des règles communes, identifier les caractéristiques propres à chacun, dresser un tableau de l’évolution des communications, voici mes objectifs », résume le scientifique Nicolas Mathevon, lauréat de ce prestigieux prix scientifique, doté de 50 000 € , remis précédemment à Marc-André Selosse (2020), le réseau bactériophage France (2018), Claude Grison (2016) et Clément Sanchez (2014).

Remise du prix Homme Nature 2022 en pleine conférence plénière à Biomim'expo 2022.

Le prix a été remis dans l’amphithéâtre Louis Armand, à la Cité des Sciences et de l’Industrie et suivi d’une conférence qui a passionné l’auditoire.

A l’occasion de Biomim’expo, les équipes du pôle Nature de la Fondation étaient aussi présentes pour expliquer leur travail. (Crédit photos : DR./ Q. Ebrard / Fondation François Sommer).

Hyènes, éléphants de mer, hippopotames… Au cours de sa longue carrière, il a prouvé que « oui, les animaux communiquent ! » Quelques exemples… Même à l’état d’embryons matures dans l’œuf, les cris du jeune crocodile suscitent les soins adéquats chez ses parents.

Le troglodyte mignon mâle sait estimer la distance qui le sépare d’un compétiteur rien qu’avec son chant. A plus de 200 mètres de distance, le diamant mandarin reconnaît le cri de sa ou de son partenaire. Le domaine d’étude de Mathevon est vaste : jusqu’à l’étude des bébés humains qui montre que leurs pleurs portent une signature individuelle reconnue par leurs parents.

Vers un outil de suivi de la biodiversité

Parmi les applications de ses recherches : créer un outil de suivi de la biodiversité. Dans un contexte de changement climatique, les milieux évoluent vite, avec une érosion de la faune et de la flore aujourd’hui bien connue. Pour les gestionnaires d’espaces naturels, il faut trouver un moyen de développer des techniques de suivi de la biodiversité, rapides et avec un coût maîtrisé.

Le chercheur et son équipe développent en ce moment une plateforme qui mêle bioacoustique et intelligence artificielle, via un partenariat avec la réserve spéciale de Maputo au Mozambique. Objectif ? Sur plusieurs années, analyser de grandes quantités de données récoltées dans ce parc naturel (cris de lions, oiseaux, éléphants, insectes…) et déterminer l’état de la biodiversité… rien qu’au son ! « A terme, l’enjeu est de construire un outil utilisable partout », précise Nicolas Mathevon.

"En distinguant aujourd’hui Nicolas Mathevon, le jury du Prix Homme Nature de la Fondation François Sommer récompense à la fois l’originalité et la profondeur de ses recherches, leur universalité, la somme de connaissances produites et partagées, leur portée sur la compréhension de la nature sauvage si chère à François Sommer et à la Fondation qu’il a créée avec son épouse."

Michèle Papparlado, administratrice de la Fondation François Sommer et présidente de son comité Nature, et Alban de Loisy, directeur général de la Fondation.

En chiffres, quelques éléments sur Nicolas Mathevon

  • 99 publications dans des revues scientifiques à comité de lecture, dont 2 dans Nature.
  • 4 participations à des ouvrages collectifs.
  • 35 invitations à des conférences.
  • 1 livre grand public « Les animaux parlent. Sachons les écouter » (Humensciences, 2021).
  • 1 équipe de recherche, l’équipe de Neuro-Ethologie Sensorielle de l’université de Saint-Etienne (CNRS, Inserm).
  • 1 professeur de classe exceptionnelle.
Nicolas Mathevon

Partager