Améliorer les conditions de reproduction de la Sterne Caugek et de l’Avocette élégante en baie de Somme (Cayeux)

Contexte

Au sud de l’estuaire de la Somme, le Hâble d’Ault est une zone poldérisée réputée pour sa fréquentation par les oiseaux d’eau. Les propriétaires publics du secteur ont confié la gestion de leurs parcelles au Syndicat mixte Baie de Somme, grand littoral picard, dans l’objectif d’offrir les meilleures conditions pour l’accueil des oiseaux d’eau. Le site est connu pour son importance comme halte migratoire, mais également pour la reproduction d’un nombre très élevé d’espèces d’oiseaux d’eau. Outre les espèces d’anatidés habituelles du nord de la France (Cygne muet, Tadorne de Belon, Canard colvert, Canard chipeau, Canard souchet, Sarcelle d’été, Fuligule milouin, Fuligule Morillon), le site a accueilli également, plus ponctuellement, la reproduction du Canard pilet et de la Nette rousse. En matière de reproduction de limicoles, il accueille régulièrement l’Huîtrier pie, l’Avocette élégante, l’Echasse blanche, le Vanneau huppé, le grand Gravelot, le petit Gravelot, le Gravelot à collier interrompu. Le chevalier gambette y a également niché.

Chez les laridés, le site accueille pratiquement chaque année la Mouette rieuse, mais également la Mouette mélanocéphale et, depuis peu, la Sterne caugek. Les Goélands argentés et marins y ont également niché. Parmi ces espèces, la Sterne caugek, la Mouette mélanocéphale, l’Avocette élégante, l’Echasse blanche, le Gravelot à collier interrompu sont inscrits à l’annexe I de la Directive oiseaux, ce qui sous-entend que les Etats doivent prendre les mesures adéquates pour assurer la conservation des populations de ces espèces. Même si le Hâble d’Ault ne figure pas dans une Zone de Protection Spéciale, il revêt un intérêt majeur pour la reproduction de ces espèces dans les Hauts-de-France, ce qui ne peut qu’inciter à prendre des mesures tendant à favoriser le maintien, voire le développement des effectifs de ces espèces et des espèces qui leur sont associées.

L’enjeu local, repris par ce projet, est de favoriser la reproduction de ces espèces afin de produire le plus grand nombre de jeunes possible à l’envol pour permettre aux populations de ces espèces de disposer d’effectifs leur permettant de conquérir de nouveaux territoires et de ce fait, de contribuer à améliorer leur statut de conservation.

Le projet

Le projet proposé dans ce dossier a pour ambition de favoriser la nidification des laro-limicoles, notamment de la Sterne Caugek et de l’Avocette élégante et des espèces partageant au moins en partie les mêmes habitats. Il s’agit notamment des trois espèces de gravelots qui nichent ici en sympatrie. Les opérations proposées portent sur les deux secteurs les plus fréquentés par ces espèces, secteurs qui ont progressivement perdu leur caractère lagunaire depuis le renforcement du cordon de galets qui sépare le polder de la mer. Elles ont pour objectifs : de restaurer le caractère lagunaire des secteurs concernés, en introduisant de l’eau salée issue du biseau sous-jacent, en maintenant un niveau d’eau suffisant, et, de manière complémentaire si besoin, en procédant à l’étrépage de la végétation des îlots, de protéger les oiseaux nicheurs des prédateurs et de la fréquentation par l’homme par le surcreusement de la périphérie des lagunes, la pose de clôtures judicieusement placées et la mise en œuvre d’actions de communication ciblées, de reprofiler les îlots de reproduction, voire d’en créer de nouveaux afin d’améliorer les possibilités d’accueil du plus grand nombre de couples nicheurs possible des espèces ciblées.

Le projet va se concrétiser sur deux années afin d’entreprendre les travaux hors de la période d’installation et de reproduction des oiseaux, ce qui permettra d’éviter tout risque de dérangement pendant cette période sensible.
Ce projet est extrait d’une opération du plan de gestion 2018-2022 de la réserve de chasse du Hâble d’Ault et de sa zone tampon, document dans lequel l’ensemble de l’ingénierie de conception et de suivi est programmé.

En complément, ce projet, outre son importance pour les espèces inscrites à l’annexe I de la directive Oiseaux, présente un intérêt en matière de gouvernance, fondé sur un modèle qui s’appuie sur des structures diverses, apportant toutes une participation significative à la conservation des espèces.

Structure porteuse et partenaires

Ce projet est porté par le Syndicat Mixte Baie de Somme, Grand Littoral Picard en partenariat avec l’Office Nationale de la Chasse et de la Faune Sauvage et le Conservatoire de l’Espace Littoral et des Rivages Lacustres.

Partenaire