VIVRE AVEC LE LOUP ? TROIS MILLE ANS DE CONFLIT

SOUS LA DIRECTION DE JEAN-MARC MORICEAU
Edition Tallandier

Alors que le loup recolonise l’Europe, la question de la « cohabitation » ne se cantonne pas aux « espaces naturels ». Les régions de plaine sont touchées. Au regard de l’histoire, le processus de « restauration » qui s’effectue tient à l’inversion du statut de l’animal sauvage : jadis « nuisible », le loup est devenu, à marche forcée, « strictement protégé ».

Devant ce retour inédit, les hommes se divisent, comme ils l’ont fait des siècles durant pour chasser leur concurrent. Tandis que l’on hésite pour trouver des compromis, le loup étend son territoire. Aujourd’hui il place les sociétés humaines dans une situation inéquitable : une minorité paie le prix des décisions prises en haut lieu. Frappés de plein fouet, éleveurs et bergers protestent. La situation contraste avec le temps où un consensus régnait entre villes et campagnes.

Dans cette situation d’urgence un état des lieux s’impose à la lumière du passé et du présent, en France comme à l’étranger. Du 9 au 12 octobre 2013, une rencontre a réuni pour la première fois historiens et sociologues, géographes et écologues, chercheurs et spécialistes acteurs et victimes, témoins et observateurs. Elle s’est tenue à Saint Martin-Vésubie dans les Alpes-Maritimes, site emblématique du loup. En voici les résultats qui interpellent les politiques et les opinions publiques. Vingt ans de recolonisation engagent les décideurs à tenir compte des réalités, après une réflexion contextualisée selon les territoires. L’homme et le loup ? Un contrat à renégocier.