Etude Pégase sur la Perdrix grise

L’étude PeGASE a débutée en 2010 est a été menée par un collectif d’une quinzaine de fédérations de chasseurs sous la coordination et l’encadrement scientifique de l’ONCFS, en collaboration avec une centaine d’agriculteurs et plusieurs partenaires aux compétences scientifiques variées.

Mise en place suite à la reproduction catastrophique de 2008 et celle, médiocre, de 2009, les objectifs de cette étude étaient 1) d’apporter des réponses aux chasseurs concernant la survie des perdrix, leur reproduction, les causes de mortalité des oiseaux et d’échec des pontes ; 2) étudier la démographie de l’espèce dans le contexte de son milieu de vie actuel et 3) acquérir des connaissances sur l’impact de certaines pratiques agricoles en particulier l’impact de l’utilisation des produits phytosanitaires sur la faune non cible en milieu terrestre.

L’étude a coïncidé avec deux années de bonne reproduction, l’étude n’a donc pas pu aboutir à de nouvelles hypothèses pour expliquer le mauvais succès reproducteur de 2008. Cependant cette étude a permis de montrer une différence de succès de reproduction entre les terrains d’études. Les écarts de succès reproducteurs sont corrélés avec les écarts de température et de pluviométrie entre les terrains d’étude.

L’étude a donc montré que la perdrix n’avait rien perdu de son fort potentiel reproducteur et que ses populations étaient capables de recouvrer très rapidement. Cependant les populations de perdrix subissent également de lourdes pertes à tous les stades de son cycle de vie (adultes, pontes, poussins). Les causes sont de nature variées (prédation, pratiques agricoles, maladies, conditions météorologiques…)

Cette étude s’est intéressée aux effets non intentionnels de l’utilisation de produits phytopharmaceutiques sur la faune sauvage. Les 1er résultats montrent qu’aucun effet de ces produits n’a été détecté en ce qui concerne la mortalité des adultes au printemps-été.

Partenaires