Dynamique de la population de sangliers de Bel-Val

Les effectifs de sangliers ont très largement augmenté de manière exponentielle en France, et plus généralement en Europe, depuis les années 1970. Parmi les facteurs explicatifs avancés pour rendre compte de cet accroissement, les modalités de gestion cynégétique appliquées aux populations de sangliers sont souvent mises en avant. Or les modifications fortes et constantes (densité d’animaux, pression cynégétique, etc.) au cours des dernières décennies pourraient avoir altérées le patron de reproduction des sangliers.

Il a ainsi été montré qu’une sélection anthropique induite par la chasse produit une modification de la distribution des dates de naissance ou encore accentue la contribution des jeunes femelles dans la croissance annuelle de la population. Dans ces travaux, seule la composante femelle a bien été prise en compte. A ce jour, très peu d’informations sont disponibles sur le rôle des mâles dans la démographie du sanglier. Or, l’accès à la reproduction et la variance du succès de reproduction individuel des mâles peuvent fortement impacter les phénomènes de recrutement (nombre de jeunes produits qui survivent) et de dispersion qui, eux-mêmes, influenceront les paramètres génétiques et démographiques clés de la population.

Ainsi, il convient de bien préciser et identifier toutes les composantes du système d’appariement et leurs conséquences sur le succès de reproduction et/ou le recrutement des individus.

Suite aux premiers suivis effectués sur la population des massifs de Chateauvillain-Arc-en-Barrois par l’ONCFS, le système d’appariement, classiquement décrit comme polygyne (un mâle s’accouple avec plusieurs femelles) chez le sanglier a été questionné. En effet sur ce territoire, le système d’appariement apparaissait clairement de type promiscuiste (plusieurs mâles s’accouplent avec plusieurs femelles et inversement) caractérisé par un fort taux de paternité multiple. Par ailleurs, le taux de paternité multiple est variable d’une année à l’autre et montre une relation positive et significative entre la taille de portée et le nombre de père par portée. Il convenait donc de caractériser si ces premiers éléments pouvaient être retrouvés dans d’autres populations, qui montraient des caractéristiques différentes.

Bel-Val est un territoire d’étude très pertinent car d’une part, les vieux mâles supposés dominants sont conservés volontairement sur le domaine, et d’autre part le suivi individuel mis en place par la méthode de capture-marquage-recaptures permettra d’obtenir l’âge exact des individus et d’acquérir des échantillons génétiques sur des mâles vivants qui auront dans le futur plusieurs occasions de se reproduire (sur les autres sites d’étude, les prélèvements se font seulement à la chasse).
Très rapidement, l’idée d’élargir les axes des travaux de recherches s’est imposée afin d’améliorer les connaissances sur l’espèce sanglier et d’obtenir des informations et données précieuses à sa gestion sur ce territoire.

La présente étude vise donc à :

  • modéliser la démographie du sanglier sur le site de Bel Val, en distinguant le rôle de la chasse ;
  • développer les outils cynégétiques les plus appropriés à sa bonne gestion

Partenaire